Bugs du numérique: des millions d’heures perdues …

bugs

Qui n’a pas perdu des heures a tenter de réparer un PC sous Windows, un Mac, un logiciel récalcitrant, une box rétive, un matériel qui refuse de marcher, un smartphone qui plante. En multipliant ces multiples incidents par les centaines de millions d’utilisateurs dans le monde, il faut se représenter la quantité pléthorique du temps perdu à les régler. Il suffit de parcourir les sites et forums dédiés au dépannage pour s’en convaincre. Notre mémoire ne s’encombre pas de mauvais souvenirs et efface ces dizaines d’heures à tourner en rond, à multiplier nos tentatives de résoudre ces foutus services et produits.  Je mets de côté la tribu des linuxiens pour qui la résolution des problèmes est une ascèse nécessaire, sorte de sésame pour entrer dans le club fermé des résistants numériques.  J’ai même connu des geeks qui voyaient cela comme un jeu excitant. Tous les gouts sont dans la nature.

Nouveau pharmakon, poison et remède à la fois, le numérique nous rappelle qu’il n’y a jamais d’avantages exclusifs et que la puissance des outils induit en proportion un gâchis incompressible de temps.  Sans parler des conséquences sur nos vies, notre façon de penser, l’organisation de nos sociétés. mais ceci est une autre histoire que nous détaillerons plus tard sur ce blog et d’autres supports. Je ne parle ici que du numérique dans le grand public, l’informatique professionnelle, dans le privé, les collectivités et les institutions, étant un autre sujet qui mériterait une large investigation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.