Les DVD-R DL et DVD+R DL (Double Layer) permettent de stocker 2 fois plus de données qu’avec la technologie simple couche, soit 8,5 Go sur deux couches. La différence entre les 9,4 Go ( 2 fois 4,7 Go) théoriques provient du fait que les concepteurs ont préféré diminuer la densité des pits pour faciliter la lecture.

DVD_DL
Coupe transversale d’un DVD Double couche.

Le principe d’une double-couche est utilisé sur les DVD vidéo. Il fonctionne avec une focalisation différente qui va insoler et lire un autre niveau de profondeur. Idem pour la gravure. Depuis plus de deux ans, il existe des DVD enregistrables double couche.

Blu-Ray a gagné contre le HD-DVD
Une lutte mettait aux prises depuis 3 ans le Blu-ray de Sony et le HD-DVD promu par Toshiba. Ces deux formats affichent des capacités de stockage très supérieures à celles du DVD/DL. Mais le 19 février 2008, Toshiba annonce sans surprise qu’il jette le gant, n’étant plus soutenu par les majors du cinéma. De fait, le HD-DVD affiche moins de capacité de stockage que celle du Blu-Ray. En double couche, le HD DVD peut stocker 30 Go de données contre 50 Go pour le Blu-Ray. D’autre part, le débit du HD-DVD n’est que de 36,5 Mbit/s contre 54 Mbit/s pour le HD-DVD. Le flux de données du Blu-Ray est d’au minimum 54 Mbit/s contre 36,55 Mbit/s pour le HD-DVD.
Reste maintenant à Sony et aux distributeurs du HD-DVD de demontrer que le prix de vente d’un disque Blu-Ray (30 € environ) n’est pas dissuasif … Quant aux graveurs de DVD Blu-Ray, ils coutent aujourd’hui 800 €. Un prix encore trop prohibitif pour approcher le grand public.
<<Page précédente

Index des pages

1| 2 | 3|

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

HTML Snippets Powered By : XYZScripts.com